Nouveau Congé Paternité : qu’est-ce qui change pour l’heureux papa ?

Nouveau Congé Paternité : qu’est-ce qui change pour l’heureux papa ?

Bonne nouvelle pour tous les futurs papas qui accueilleront bientôt leur bout de chou ! Dès le 1er juillet 2021, le congé paternité évolue et permet une présence plus longue du second parent auprès de bébé. Ainsi, les papas et co-parents bénéficieront de 14 jours supplémentaires. Un changement qui va vous permettre de profiter davantage de votre nouvelle vie de famille. Zoom sur ce nouveau congé paternité et sur ce qu’il change concrètement pour vous. 

La réforme du congé paternité : quoi de neuf ?

Instauré en janvier 2002, celui-ci n’avait pas connu de bouleversement majeur depuis sa création. La grande nouveauté, c’est l’allongement de ce congé puisqu’il est doublé ! En effet, il passe de 14 jours à 28 jours (en comptant les 3 jours de naissance obligatoires). 

En clair, à partir du 1er juillet 2021, vous bénéficierez de : 

  • 7 jours de congés obligatoires à la naissance de l’enfant, incluant les 3 jours de naissance ; 
  • 21 jours de congés (en plus des 7 jours obligatoires) ou 25 jours en cas de naissance multiple ;

À noter également que ces 21 jours peuvent être fractionnés en deux périodes de 5 jours minimum (ou 25 jours en 3 périodes pour une naissance multiple) à prendre jusqu’aux 6 mois de bébé.

Enfin, sachez que les 25 jours de congé de paternité sont indemnisés par la sécurité sociale. Les 3 jours de naissance, eux, sont payés par l’employeur. Le montant de l’indemnité journalière dépend de vos revenus et du régime auquel vous êtes rattaché. Nous vous invitons à consulter le site du gouvernement pour avoir plus de renseignements à ce sujet et réaliser vos simulations. 


La remarque culottée : 
Le congé paternité est également valable dans le cas d’une adoption. 


Pourquoi un allongement du congé paternité ?

Cette réforme fait suite au rapport rendu par la commission des 1000 jours.* Celle-ci préconisait, quant à elle, un congé de paternité et d’accueil de l’enfant de 9 semaines. Certes, on en est encore un peu loin, mais les choses bougent ! 

La réforme vise à réduire les inégalités à la naissance, dites « de destin ». L’objectif étant ainsi de :  

  • favoriser le lien d’attachement entre le co-parent et l’enfant ;
  • « offrir de meilleures conditions de développement pour les nouveau-nés », aussi bien affectif que cognitif, pendant ses premières semaines de vie** ;
  • encourager un partage des tâches plus équilibré au sein du foyer. 

Nous y voyons aussi l’opportunité de :  

  • profiter des premiers sourires de bébé ;
  • le bercer et se découvrir une passion pour les comptines !
  • récupérer des nuits courtes ; 
  • lui raconter de belles histoires ;
  • faire encore plus d’areuh areuh devant son berceau ;
  • permettre à la maman de se reposer ;
  • être aux fourneaux pendant que maman allaite ;
  • donner les premiers bains ;
  • préparer les biberons ;
  • découvrir la personnalité de son petit bout de chou ;
  • parfaire sa maîtrise du changement de couche

Qui est concerné  ?

Pour faire simple, la réforme concerne les naissances prévues à partir du 1er juillet 2021. Cependant, si bébé arrive plus tôt et qu’il naît avant le 1er juillet, vous pourrez tout de même en bénéficier ! En effet, c’est la date d’accouchement présumée qui est prise en considération. 

« Ok, mais c’est vraiment pour tous les papas ? » Oui, le nouveau congé paternité s’applique à tous les papas qu’ils soient salariés (contrat CDI, CDD ou temporaire), sans emploi, commerçants, artisans, agriculteurs, agents de la fonction publique, etc. 

De plus, si vous n’êtes pas le père biologique de l’enfant, mais que vous vivez en couple avec la maman (vie maritale, mariage, Pacs), vous pouvez aussi en bénéficier.

Comment faire la demande du congé paternité ? 

Si vous êtes salarié, il est nécessaire de faire une demande écrite auprès de votre employeur (si possible par lettre recommandée avec accusé de réception), en lui précisant la date de début et de fin du congé ainsi que sa durée. Celle-ci doit être envoyée au plus tard un mois avant la date prévue de l’accouchement. Vous pouvez retrouver un modèle type de courrier sur https://www.service-public.fr/simulateur/calcul/CongePaterniteAccueil 

C’est en effet votre employeur qui se charge de transmettre ces informations auprès de la caisse d’assurance maladie à laquelle vous êtes rattaché. N’oubliez pas non plus de lui annoncer la naissance de votre enfant dès que possible. Si vous êtes auto-entrepreneur, vous pouvez faire votre demande directement auprès de la CPAM. 

Quelle différence avec le congé parental ? 

Il faut bien faire la différence entre le congé paternité et le congé parental. Ce sont deux choses bien distinctes. Mais, il y a tant de concepts et de mots nouveaux qui arrivent dans la vie d’un (futur) parent ! Il est donc facile de s’emmêler les pinceaux… 

Le congé parental est un dispositif à destination des deux parents. Il permet de prendre un temps pour s’occuper de son enfant de moins de 3 ans en réduisant totalement ou partiellement son activité professionnelle

Il peut être pris à la suite du congé paternité (et maternité) ou plus tard, mais dans la limite des 3 ans de l’enfant. Celui-ci peut être à temps partiel ou à temps plein, mais ne peut pas excéder 3 ans (la durée initiale d’un an peut être renouvelée 2 fois maximum).

Seuls les 6 premiers mois du congé parental (dans le cas d’un premier enfant) sont indemnisés par la caisse d’allocations familiales. À noter que l’allocation PrePare est actuellement de 398,79 €/mois pour un congé parental total. N’hésitez pas à vous rendre sur le site de la CAF pour en savoir plus.

Le nouveau congé paternité en résumé

Voici ce qu’il faut retenir sur les modifications apportées au congé de paternité et d’accueil de l’enfant : 

  • 28 jours au lieu de 14
  • dont 7 jours obligatoires (3 jours naissance + 4 jours de congé de paternité)
  • il est à prendre dans les 6 mois suivant la naissance
  • il concerne tous les co-parents (père biologique ou non, sur justificatif),
  • il ne doit pas être confondu avec le congé parental.

Sur ce, nous vous souhaitons plein de babillages et de doux moments avec votre petit trésor !

* Commission mise en place par le président de la République Emmanuel Macron, sous la présidence du neuropsychiatre Boris Cyrulnik.
** https://www.gouvernement.fr/les-actions-du-gouvernement/sante-famille-handicap/28-jours-de-conge-paternite-pour-plus-de-temps