Trouver une place en crèche : 9 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté

Trouver une place en crèche : 9 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté

Trouver une place en crèche municipale représente souvent un sacré défi ! Saviez-vous que 42 % des demandes sont rejetées faute de place ? * Une pression supplémentaire dont on se passerait volontiers quand on est jeunes parents. Mais, en mettant toutes les chances de votre côté, il est possible de s’épargner une crise de nerfs. On vous explique tout.

Obtenir une place en crèche municipale : comment ça fonctionne ?

Les crèches publiques font face à une demande très importante. Pourtant l’offre ne peut pas répondre favorablement à toutes les familles désireuses de proposer un accueil collectif pour leur enfant âgé entre 8 semaines et 3 ans. 

La démarche peut alors s’apparenter à la quête du Graal… une aventure bien compliquée et parfois relativement longue ! 

Une commission d’attribution se réunit une à plusieurs fois par an, selon les municipalités. Celle-ci distribue les places disponibles en suivant une grille de critères spécifiques et objectifs qui varient d’une commune à l’autre. L’objectif étant aussi de garantir un équilibre et une mixité au sein des lieux d’accueil

On peut notamment retrouver les critères d’éligibilité suivants :

  • la date de demande d’inscription : les demandes les plus anciennes sont souvent prioritaires ;
  • la situation professionnelle des parents (chômage, les deux parents en activité, conjoint à temps partiel…) ;
  • la situation sociale et familiale (divorce, parent isolé, famille nombreuse, handicap de l’enfant, date de naissance de l’enfant…) ;
  • mais aussi le lieu de résidence (quartier, arrondissement, ville, département) 

1. Se renseigner sur l’offre de crèches dans votre secteur

Pour trouver une place en crèche, il vous faudra donc vous armer de patience et de motivation. Cependant, ne commencez pas à vous arracher les cheveux tout de suite ! Tout d’abord, sachez qu’il existe plusieurs types de crèches : crèches publiques, associatives, parentales ou familiales, crèches privées, micro-crèches… 

Pour être sûrs de faire le bon choix pour vous et votre petit culotté, pensez à vous informer dès le début de votre grossesse. Contactez le service chargé de la petite enfance de votre commune de résidence ou votre PMI. Vous pourrez prendre connaissance des Établissements d’Accueil de Jeunes Enfants (EAJE) proposés dans votre ville ou aux alentours. Certaines municipalités communiquent cette liste sur leur site internet. 

Vous pourrez également récolter des informations sur la marche à suivre pour réaliser la pré-inscription de votre enfant et poser toutes vos questions. 

Renseignez-vous aussi auprès de votre employeur ! 

2. Trouver une place en crèche… privée

Eh oui ! Votre employeur peut en effet avoir un contrat avec un gestionnaire privé et participer au financement restant à charge. Les entreprises, que ce soit des TPE, des PME ou de grands groupes, peuvent co-financer la place en crèche privée (ou inter-entreprises) de votre enfant et obtenir un crédit d’impôt. 


La remarque culottée : 
Si différents lieux d’accueil vous intéressent, sachez que vous pouvez tout à fait réaliser plusieurs demandes. Vous pouvez remplir un dossier de pré-inscription dans une crèche privée en parallèle de vos recherches pour une crèche publique.


3. Anticiper votre demande 

De manière générale, la pré-inscription en crèche peut être réalisée à partir du 6e mois de grossesse (cette période est donnée à titre indicatif et peut varier selon les municipalités). 

 Pour compléter votre dossier, certains documents vous seront demandés : 

  • l’acte de naissance/certificat médical précisant la date présumée d’accouchement si bébé n’est pas encore né
  • la fiche de renseignements à compléter
  • le livret de famille
  • le quotient familial
  • un justificatif de domicile
  • le ou les derniers bulletins de salaire/déclarations URSSAF…

Cette liste n’est pas exhaustive et peut différer d’une mairie à une autre. 

Vous avez obtenu le précieux sésame pendant votre grossesse ? Félicitations ! Mais attention : à l’arrivée de bébé, on découvre la parentalité et l’on se concentre sur cette nouvelle organisation de vie. Pour autant, n’oubliez pas de confirmer l’inscription après la naissance de votre enfant (8 jours, 10 jours, 1 mois…renseignez-vous sur le délai auprès de votre municipalité) ! Ce serait dommage de perdre ce ticket d’entrée tant convoité. Pensez-y ! Un certificat médical d’aptitude à la collectivité délivré par le pédiatre de votre enfant vous sera demandé.


L’info culottée :
Vous avez déjà le tournis ? Vous pouvez solliciter un accompagnement en vous rendant sur le site de la CAF dédié à l’enfance et à la parentalité : https://monenfant.fr/faire-une-demande-de-mode-de-garde-en-ligne 


4. Habiter dans la même commune

Si vous demandez une place dans la crèche municipale d’une ville voisine, il y a de fortes chances pour que votre dossier soit rejeté. En règle générale, la priorité est donnée aux habitants de la commune voire de l’arrondissement si vous résidez dans une grande ville. 

5. Montrer sa profonde motivation

Prenez rendez-vous avec le directeur·rice de la crèche ou avec le service Petite Enfance de votre mairie, consultez les projets pédagogiques des différents établissements, etc. 

N’hésitez pas à renouveler votre intérêt en cours d’année, en demandant le suivi de votre dossier (mais pas tous les jours non plus !). 

Vous pouvez également joindre à votre demande de pré-inscription une lettre de motivation. Expliquez pourquoi vous avez besoin de cette place (retour à l’emploi, changement de situation familiale, etc.), en quoi le projet pédagogique de la crèche correspond à ce que vous recherchez et précisez tous les éléments clés qui peuvent jouer en votre faveur. 

Toutes ces actions viendront démontrer votre implication et votre intérêt.

6. Créer des liens 

Ne restez pas isolés ! Dialoguez avec la PMI de votre secteur, discutez avec d’autres parents et des élus de la commune, avec votre pédiatre, etc. Bref, faites savoir autour de vous que vous cherchez une place en crèche pour votre petit loup ! Certains professionnels peuvent faire partie de la commission d’attribution… et faire pencher la balance en votre faveur. 

7. Tenter l’admission en crèche en septembre

La plupart des grands s’en vont entre juillet et septembre pour entrer à l’école maternelle. Il y a donc plus de « berceaux » vacants pour les nouveaux venus. En cours d’année, c’est plus compliqué. Il y a souvent moins de disponibilités. Par conséquent, trouver une place en crèche pour un bébé né entre janvier et avril sera plus aisé que pour un enfant né la même année entre septembre et décembre. 

8. Ne pas baisser les bras

Bien souvent, la première année est la plus compliquée pour obtenir une place en crèche. La patience et la pugnacité seront vos meilleures alliées. Même en cas de refus, n’abandonnez pas. Vous pouvez actualiser votre dossier plusieurs fois pour retenter votre chance lors des prochaines réunions d’admissions ! 

9. Penser à un autre mode de garde

Même si ce mode de garde a votre préférence, sachez qu’il en existe d’autres qui peuvent tout à fait combler vos attentes :  

  • faire appel à une assistante maternelle qui accueille les jeunes enfants à son domicile ;
  • opter pour la garde à domicile. Une assistante maternelle vient s’occuper de votre petit trésor chez vous ; 
  • vous orienter vers une MAM (maison d’assistantes maternelles) ou encore une crèche familiale. 

Prenez le temps de vous informer sur toutes les possibilités, en tenant compte de vos contraintes personnelles, professionnelles et de vos souhaits. Bon courage !


*selon l’ONAPE — 2018 pour le 1er baromètre économique de la Petite Enfance.