Quels sont les désagréments de la grossesse et comment les soulager au mieux ?

Quels sont les désagréments de la grossesse et comment les soulager au mieux ?

La grossesse est une aventure incroyable qui occasionne, selon les femmes, quelques désagréments. Ces maux de grossesse sont en effet vécus différemment, d’une femme à une autre. Certaines ne connaissent que les nausées du premier trimestre, quand d’autres doivent supporter d’autres symptômes, et ce, aux différents stades de leur grossesse. Pour y voir plus clair, nous vous proposons un petit tour d’horizon des troubles les plus courants et quelques pistes pour les prévenir et les soulager.

Les maux de grossesse du premier trimestre

La fatigue et l’essoufflement

Rendez-vous compte : votre corps fournit un travail titanesque ! Celui de créer un petit être vivant ! Rien que ça ! Il est donc tout à fait normal de se sentir plus fatiguée, à bout de souffle au bout de 100 mètres. Votre corps travaille puissance 1000 et puise dans vos réserves pour permettre à l’embryon de se développer. Ajoutez à cet effort, un pic de progestérone et l’afflux sanguin qui s’emballe… et vous n’avez qu’une envie : vous reposer

Une possible carence en fer, fréquente chez les femmes enceintes, peut aussi être un facteur non négligeable. Aussi, pensez à dormir dès que vous le pouvez et parlez de tout cela avec votre médecin. Il pourra vous apporter ses recommandations et vous prescrire un traitement adapté, notamment en vitamines et minéraux.

La remarque culottée : 
Votre corps est un messager : comme pour toute la durée de votre grossesse, l’important est de prendre soin de vous et d’être attentive aux signaux qu’il vous envoie.

Les nausées

Ah les fameuses nausées de début de grossesse ! Les premières semaines représentent un tel bouleversement pour le corps ! Courantes, elles n’en restent pas moins difficiles à gérer au quotidien, selon leur fréquence et leur intensité. Difficile de savoir combien de temps cette situation peut durer : elles peuvent disparaître ou s’atténuer après le premier trimestre… ou bien perdurer jusqu’à l’accouchement.

Pour limiter leur apparition, il est fortement conseillé d’éviter les plats trop copieux, pimentés, trop gras ou trop sucrés. Privilégiez plutôt plusieurs petites prises alimentaires saines et équilibrées, au cours de la journée.

L’info culottée :
Pour réduire les nausées, le gingembre, le basilic et le jus de citron peuvent être de précieux alliés.

La mémoire qui flanche

Selon une étude américaine publiée en décembre 2016 dans Nature Neuroscience, la structure cérébrale évoluerait et la quantité de matière grise de la femme enceinte diminuerait. Mais pas d’inquiétude, il s’agit là d’un état transitoire de la future mère et de la jeune maman, qui se concentrerait alors sur son bébé et son arrivée prochaine, bien plus que sur ce qui l’entoure. Selon la chercheuse Elseline Hoekzema, « une perte du volume de matière grise peut aussi représenter un processus bénéfique de maturation ou de spécialisation dans le cerveau »*.

Aussi, ne vous étonnez pas si vous vous demandez pour la 3e fois pour quelle raison vous vous rendez dans la salle de bains ! Pas de remède miracle, juste de la patience. Ces troubles de la mémoire sont passagers, mais peuvent durer encore plusieurs mois après l’accouchement.

Les désagréments du second trimestre

Les crampes

Les crampes dans les jambes et les pieds sont monnaie courante pendant la grossesse. Elles peuvent survenir à tout moment de la journée… ou de la nuit.

La compression des vaisseaux sanguins, les hormones, la fatigue, certaines carences en minéraux comme le magnésium peuvent être à l’origine de ce désagrément. Pour les prévenir, pensez à :

  • changer de position régulièrement dans la journée ;
  • surélever vos jambes lorsque vous dormez ;
  • vous faire masser quand cela est possible pour détendre les jambes et favoriser un meilleur retour veineux ;
  • utiliser des bas de contention ;
  • ajouter des amandes dans vos repas ou collations ;
  • bien vous hydrater tout au long de la journée ;
  • consulter votre médecin, pour vérifier une éventuelle carence en vitamines ou minéraux.

Les petits soucis bucco-dentaires

On en parle moins que les nausées du premier trimestre, pourtant un grand nombre de femmes enceintes souffrent de problèmes bucco-dentaires pendant leur grossesse : aphtes à répétition, gingivite, caries, hypersalivation… n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez votre dentiste pour un contrôle.

Ce dernier pourra également vous donner des conseils sur les gestes à adopter afin de conserver une bonne hygiène bucco-dentaire durant ces 9 mois. Bien sûr, pensez à garder de saines habitudes : un nettoyage doux des dents matin et soir, avec une brosse extra souple !

Le masque de grossesse

Ce « masque » appelé aussi chloasma correspond à une hyperpigmentation de la peau. Celle-ci résulte d’une surproduction de mélanine (merci les œstrogènes !) qui réagit alors de manière plus intense aux rayons du soleil. Des taches brunes peuvent apparaître, entre autres, sur le front, les joues, le menton ou encore autour des yeux.

Pour le prévenir, il est recommandé d’éviter autant que possible les expositions directes au soleil, surtout en plein été, et de se protéger des UV avec un écran total (crème solaire +50), un chapeau large et des lunettes de soleil bien couvrantes. Ville, mer ou montagne, même combat !

La constipation et les hémorroïdes

Un retour veineux mis à mal et un souci de constipation (merci les hormones !) peuvent occasionner des hémorroïdes pendant la grossesse. Rien de glamour, c’est vrai. Pour autant, la constipation ne doit pas être un tabou ! Il s’agit d’un trouble bien connu des femmes enceintes : 40% d’entre elles en souffriraient pendant leur grossesse** !

Pour prévenir l’apparition des hémorroïdes, il est nécessaire d’éviter — ou de traiter — les problèmes de constipation. Et cela passe notamment par l’assiette ! Invitez-y les fibres et pensez à bien vous hydrater entre les repas afin de favoriser un meilleur transit. Enfin, octroyez-vous un temps pour pratiquer une activité physique modérée, en tenant compte de votre état de santé et de votre niveau d’énergie (et des recommandations de votre gynécologue ou sage-femme, bien entendu).

En cas de douleurs, d’irritations, de démangeaisons ou de saignements, parlez-en rapidement à votre médecin. Celui-ci pourra vous prescrire un traitement qui convient aux femmes enceintes.

Les troubles du troisième trimestre

Les maux de dos et les douleurs ligamentaires

Bébé commence à peser son poids et le dos de maman en prend un sacré coup pour lui faire de la place ! Ce joli bidon rond modifie votre équilibre naturel et votre centre de gravité. Par conséquent, vous compensez en vous positionnant plus en arrière ; les articulations et les ligaments s’étirent sous l’effet des hormones et s’assouplissent, les abdominaux sont distendus… bref, un cocktail parfait pour occasionner des maux de dos et des douleurs au niveau des ligaments ! Un petit tour chez l’ostéopathe peut aider à réduire ces désagréments de la grossesse. Le yoga prénatal, les mouvements doux en piscine ou encore les exercices sur le ballon de grossesse peuvent également être bénéfiques.

Les vergetures

Ces marques cutanées sont le résultat de l’étirement important de la peau pendant la grossesse. En effet, les hormones (eh oui ! toujours elles…) amoindrissent l’élasticité de la peau et participent à l’apparition des vergetures. Pour les prévenir ou limiter leur venue, vous pouvez nourrir votre peau dès le premier trimestre avec de l’huile d’amande douce ou encore du beurre de karité. Toutefois, souvenez-vous que ces traces trop souvent mal aimées et boudées, représentent pourtant la mémoire de ce fabuleux voyage qu’est porter la vie.

Les remontées acides

Parmi les maux de grossesse les plus fréquents, citons les remontées acides qui peuvent se manifester au premier trimestre, mais sont plus fréquentes au dernier. L’action de la progestérone (oui, on sait… toujours ces fichues hormones) et bébé qui prend ses aises — comprimant ainsi l’estomac — peuvent provoquer des remontées acides ou des brûlures d’estomac, particulièrement désagréables. Pour limiter leur apparition ou leur intensité, pensez à :

  • espacer votre prise alimentaire du coucher, afin de vous laisser le temps de digérer tranquillement ;
  • comme pour les nausées, privilégiez les repas peu épicés et peu copieux, mais répartis sur plusieurs prises quotidiennes ;
  • identifier et noter dans un carnet les éventuels aliments qui favorisent la venue de remontées acides. Vous en diminuerez ainsi la consommation.

Si ces troubles vous incommodent particulièrement ou suscitent un mal-être, parlez-en à votre médecin.

Même s’il est difficile de vraiment prévenir et d’éviter les différents maux de grossesse, des solutions existent pour les soulager et les atténuer. Cependant, nous vous invitons à faire preuve de prudence et surtout à écouter votre corps ! Ne passez pas sous silence vos doutes, craintes et douleurs. Attention à l’automédication qui est à proscrire pendant la grossesse. En effet, certains médicaments ou produits délivrés sans ordonnance ne sont pas toujours conseillés pour les femmes enceintes. Prenez le temps de discuter de tout cela avec le professionnel de santé qui suit votre grossesse.

Sources :

* https://www.sciencesetavenir.fr/sante/grossesse/comment-le-cerveau-des-femmes-change-pendant-la-grossesse_109100

** https://obgyn.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1471-0528.16559