Post-Partum : Comment l’Ostéopathie peut vous Aider à Renouer avec votre Corps ?

Post-Partum : Comment l’Ostéopathie peut vous Aider à Renouer avec votre Corps ?

Devenir maman rime souvent avec grand chamboulements. Que ce soit votre premier enfant ou non, la période du post-partum peut être plus ou moins compliquée à vivre, notamment sur le plan physique : le corps a changé, le ventre rond peut encore être là plusieurs semaines après l’accouchement et des douleurs peuvent apparaître. Leah Mallet, ostéopathe D.O à Paris, nous explique comment l’ostéopathie peut vous aider à retrouver la forme après la grossesse.

Le Post-partum, qu’est-ce que c’est ?

Avant de devenir maman, le mot post-partum vous était certainement inconnu. Il faut dire que pendant la grossesse, on accède à un tout nouveau lexique : aménorrhées, contractions, colostrum, acide folique, bouchon muqueux, etc. 
Pour résumer, le post-partum c’est tout simplement la période post-natale, à savoir les mois qui suivent l’accouchement jusqu’au retour des premières règles. C’est un moment qui peut être difficile à vivre pour la jeune maman, tant d’un point de vue psychique (nouvelle vie avec bébé, nouveaux repères, fatigue nerveuse, dépression post-partum…) que sur le plan physique (fatigue, poids de grossesse non perdu, montées de lait douloureuses, douleurs lombaires, etc.)

La grossesse et les modifications physiques

L’ostéopathie est souvent conseillée pour les femmes enceintes tout au long de leur grossesse, pour soulager les différents désagréments comme les nausées ou encore les gênes respiratoires. En effet l’accompagnement d’un ostéopathe peut être réellement bénéfique et apporter un mieux vivre au quotidien.

Pourtant, “on ne parle pas encore assez des douleurs rencontrées après l’accouchement”, précise Leah Mallet, alors que les consultations post-partum sont en constante augmentation. 

Pourquoi consulter après l’accouchement ? Il faut savoir que la grossesse cause un important étirement de l’ensemble des ligaments et en particulier ceux situés au niveau du bassin et des lombaires. Ce phénomène d’extension ligamentaire modifie le centre de gravité de la future maman, qui se retrouve projeté en avant. Afin de conserver un axe le plus droit possible, le bas du dos est alors très sollicité. 

En plus de l’étirement des ligaments, l’utérus connaît une profonde distension pendant la grossesse. Celui-ci peut passer d’une taille d’environ 8 cm à plus de 30 cm en 9 mois ! Dans sa croissance, il n’aura pas hésité à pousser l’estomac ou encore le foie, qui se retrouvent un peu à l’étroit contre les côtes. D’où l’apparition des reflux ou de difficultés respiratoires. Il est donc important que chaque organe retrouve sa juste place après la grossesse.

L’après grossesse : un corps transformé

Suite à l’accouchement, les petits maux de la grossesse ne disparaissent pas par enchantement. Il est nécessaire d’aider le corps à retrouver un certain équilibre, et ce, au fil des semaines. 

Tout d’abord, l’utérus va doucement reprendre sa taille normale. Mais passer de 30 cm voire plus, à seulement 8 cm (la taille normale d’un utérus étant de 6 et 10 cm), cela demande un peu de temps ! De plus, chaque organe va tenter de retrouver gentiment sa place pendant cette période de “retour à la normale”. 

Alors, vous l’aurez bien compris, tout ce processus prend du temps. La jeune maman doit donc faire preuve de patience et ne pas être trop exigeante envers elle-même ! Eh oui, l’important est de prendre soin de vous et de ne pas précipiter les choses. Ce n’est pas forcément le bon moment pour entamer un régime alimentaire, surtout si vous allaitez. N’hésitez pas à en discuter avec votre sage-femme ou votre médecin. 

L’ostéopathie pour répondre à la chute d’hormones et aux douleurs                                                    

Après l’accouchement, le taux d’hormones chute drastiquement. Cette baisse importante entraîne un grand nombre de bouleversements : 

  • sautes d’humeurs ;
  • altération du sommeil ;
  • émotions décuplées ;
  • baisse de vitalité et d’énergie…

Consulter un.e ostéopathe pendant la période post-partum va permettre à chaque structure du corps de retrouver sa juste place” et de soulager les éventuelles douleurs causées par l’accouchement et/ou la péridurale (coccyx, lombaires, etc.).

C’est aussi un excellent moyen de prendre du temps pour soi quand on est une jeune maman. “L’ostéopathie offre aux mamans une bulle d’oxygène et de décompression. Très souvent, elles ont besoin de souffler un peu, de se poser sans s’occuper de leur bébé”, souligne Leah Mallet. 

Ostéopathie après la grossesse : un suivi pour renforcer son périnée

Après l’accouchement, il est intéressant de travailler sur le périnée en amont des séances de rééducation pratiquées par une sage-femme ou un.e kinésithérapeute. En effet, la séance d’ostéopathie après la grossesse vient renforcer le plancher pelvien. De cette façon, elle facilite le travail de rééducation du périnée

La consultation d’ostéopathie post-natale est à prendre en général 6 semaines après l’accouchementet si aucune douleur particulière n’apparaît avant”, précise Leah.


La remarque de l’Experte Culottée
Jamais de stop-pipi pour renforcer son périnée ! Cela peut causer des fuites urinaires par la suite. Au contraire, pour travailler le périnée, la vessie doit être vide.


Voici 2 petits exercices faciles à faire chez soi, pour raffermir votre périnée tout en douceur : 

  • la fausse inspiration thoracique 

Il s’agit d’expirer profondément par la bouche en contractant le périnée, puis d’inspirer sans prendre d’air, en fermant la bouche et en vous pinçant le nez. Le ventre va alors se creuser comme s’il allait toucher votre dos. Tenez la fausse inspiration entre 3 et 10 secondes. Puis expirer complètement par la bouche. Cette technique de respiration est à effectuer 3 fois de suite. Elle permet de remonter les organes et de solliciter le périnée en douceur. Si vous faites de la tension, cet exercice est à éviter. 

  • Le demi-pont

Allongée sur le sol, fléchissez les jambes en gardant les pieds bien à plat sur votre ballon de grossesse par exemple (ou bien, à défaut, sur le sol). Levez lentement le bassin, contractez votre périnée et expirez profondément. Maintenez la position quelques secondes. Puis redescendez doucement le bassin, par paliers. À refaire 3 fois. 


La remarque de l’Experte Culottée 
Pensez à bien attendre l’aval de votre sage-femme ou kinésithérapeute avant de reprendre une activité sportive régulière !