Quel est le rôle du papa le jour de l’accouchement ?

Quel est le rôle du papa le jour de l’accouchement ?

En général, la grossesse engendre son lot de questions et d’incertitudes. Le rôle du papa à l’accouchement peut faire partie de ces interrogations. Si le jour J, tout le monde est d’accord pour dire que la maman endosse le rôle principal, le papa (ou le co-parent) n’en reste pas moins important. Mais comment le futur père peut-il se préparer à l’accouchement ? Quelle place peut-il tenir ? Comment peut-il se rendre utile ? Voici quelques pistes et témoignages pour vous guider.

Se préparer avant l’accouchement 

Pendant la grossesse, vous avez la possibilité d’accompagner la maman aux cours de préparation à l’accouchement. S’ils ne sont pas obligatoires, on ne peut que vous conseiller d’y participer. En effet, lors de ces séances, vous pourrez poser toutes vos questions à la sage-femme. Les hommes n’ont pas forcément les mêmes interrogations, doutes ou craintes que les femmes enceintes. D’où l’intérêt de votre présence. D’ailleurs, vous ne serez sûrement pas le seul homme à être là ! Renseignez-vous auprès de la maternité ou de votre commune pour connaître les cours qui sont proposés. 

Se préparer à l’accouchement, c’est aussi communiquer le plus possible avec la future maman. Pour ce faire, rédiger un projet de naissance à deux peut être un excellent support pour favoriser les échanges entre vous, mais aussi avec l’équipe médicale. Grâce à lui, vous allez pouvoir exprimer vos souhaits en tant que futur père et conjoint. C’est aussi l’occasion de discuter avec la maman, d’entendre et de comprendre ses choix et ses réticences. Des informations précieuses à transmettre, au besoin, le jour de l’accouchement.

L’idée culottée : connaissez-vous les Ateliers du Futur Papa ? Des séances de préparation au futur plus grand rôle de votre vie : celui de devenir père. Un moyen original et pratique pour se mettre dans le bain avant que bébé ne pointe le bout de son nez.

Le rôle du papa pendant l’accouchement 

La présence du père 

Autrefois, il était impensable que les hommes assistent à la naissance de leurs enfants. Aujourd’hui, le rôle du papa à l’accouchement est bien différent : il peut en effet être présent en salle de naissance pour soutenir sa compagne et accueillir son petit trésor. Là encore, c’est un choix personnel qui doit être abordé avec la maman pendant la grossesse. 

« À l’arrivée au monde de bébé j’ai pleuré. J’étais mélangé entre la peur pour lui — son rythme cardiaque ralentissait à la fin — et le bonheur de sa naissance. J’ai soutenu la maman en lui parlant. Quant au peau à peau, je n’ai pas pu le faire tout de suite, mais ce qui m’a le plus ému était surtout de le voir. Ce que je retiens c’est la rapidité. Je ne suis pas capable de dire ce qui s’est passé à chaque instant, mais je me souviens de la singularité de ce moment. C’était difficile de voir ma compagne souffrir… J’étais stressé et inquiet (mais c’est mon tempérament). Il n’y a pas eu à proprement parler de projet de naissance. C’est délicat de pouvoir donner un conseil, car chaque accouchement est unique. » 
Dorian, 23 ans, Super Papa culotté

Cependant, il faut savoir qu’en cas d’urgence, de risque sanitaire accru ou de césarienne, la présence de l’accompagnant pourra être remise en question, voire impossible. N’hésitez pas à demander plus de renseignements auprès de votre obstétricien ou sage-femme sur le protocole appliqué dans ces conditions.

Le papa à l’accouchement : un soutien sans faille

Vous souhaitez être actif, participer à votre manière à l’accouchement ? Votre compagne sera soulagée de pouvoir compter sur votre présence notamment pour : 

  • la rassurer au besoin et être disponible à 100 % pour elle et votre bébé qui s’apprête à arriver ;
  • penser à prendre la valise de maternité (de la maman et du bout de chou) ;
  • rester serein et lui transmettre vos « bonnes ondes », vos encouragements. Évitez de lui poser trop de questions ou de l’inquiéter. Faites-lui confiance et montrez-le-lui ! ;
  • être attentif et l’écouter. Le jour J, tout peut arriver. La maman peut changer d’avis et vouloir la péridurale par exemple. Prenez le temps de lui rappeler ses souhaits, ses convictions, mais respectez ses choix ;
  • l’apaiser. Cela peut passer par des gestes tendres, des massages du dos et des lombaires par exemple, qui seront très appréciés pour soulager les douleurs ; 
  • lui faire écouter sa playlist préférée. C’est bien connu, la musique détend l’esprit et le corps ! Idéal pour un accouchement serein. Et pourquoi ne pas entamer un petit pas de danse pendant le travail, si tout se passe bien ? Le mouvement est fortement conseillé, alors allez-y ! ;
  • imaginer avec elle votre nouvelle vie à trois. Se projeter permet aux futures mamans de visualiser des moments positifs, de joie, d’humour, de bonheur. Un petit exercice tout simple, mais très efficace…

Et si vous avez pratiqué l’haptonomie pendant la grossesse, précisez-le à la sage-femme le jour J. Certains gestes et mouvements seront les bienvenus pour faciliter la descente du bébé et l’accompagner avec douceur à venir au monde. Vous perpétuez ainsi ce lien magique que vous avez commencé à créer tout au long de ces neuf mois de grossesse.  

« Entre l’arrivée à l’hôpital a 6 h du matin environ et la pose de la péridurale vers 20 h, je lui ai fait des massages, car elle souffrait beaucoup. Une fois la péridurale posée, je me suis endormi pendant trois heures. Pendant l’accouchement, j’ai aidé comme j’ai pu. J’ai pu récupérer ma fille, la présenter à sa mère, puis couper le cordon. Niveau émotion, c’est un tout, pas seulement un instant précis. Je pense qu’à partir du moment où elle est arrivée et que j’ai réalisé qu’elle était enfin là, j’ai été submergé par le bonheur, même si je ne suis pas de nature très expressif. J’ai réussi à évacuer le stress. Même si l’on nous dit qu’on peut faire ceci ou cela durant le travail, on a le sentiment d’être inutile en voyant la douleur sur le visage. J’ai effectivement participé au projet de naissance. Mais donner un conseil me semble inutile pour les parents qui vivront bientôt l’arrivée de leur premier enfant. C’est leur expérience. Elle sera certainement très différente de la nôtre. » 
Guillaume, 37 ans, Super Papa culotté

La naissance de bébé

Si tout se passe bien, vous serez invité à couper le cordon du bébé avant qu’il ne soit placé en peau à peau sur sa maman. Puis vous pourrez accompagner l’équipe pédiatrique qui apportera les premiers soins au nouveau-né. Vous pourrez ainsi rester près de lui et le rassurer.

En cas de césarienne, vous pourrez effectuer du peau à peau avec votre bébé le temps que la maman se remette de l’opération et de l’anesthésie. L’occasion pour l’heureux papa de faire plus ample connaissance avec ce bout de chou, de le câliner, de lui chanter des berceuses, etc. avant de rencontrer sa maman. Rappelez-vous le toucher, le contact est fondamental pour le nouveau-né. A cet instant, le rôle du papa avec bébé est tout vu : offrir de la tendresse, de la sécurité et des sourires au nouvel amour de sa vie

Après la naissance, votre compagne se sentira peut-être fatiguée, d’humeur changeante et certaines choses pourront la contrarier ou la rendre triste. Si elle a subi une épisiotomie ou une césarienne, la cicatrice pourrait la faire souffrir. Facilitez-lui son séjour à la maternité. Cela peut se faire à travers des petits gestes tout simples comme : 

  • lui apporter ses magazines préférés ;
  • dormir sur place pour la relayer la nuit avec bébé (renseignez-vous au préalable sur les conditions et les possibilités d’accueil) ;
  • lui éviter tout déplacement qui pourrait lui être pénible ;
  • si elle souhaite allaiter, la soutenir dans son choix, car la mise en route peut parfois être compliquée ;
  • être présent pour prodiguer les soins et réaliser la toilette de bébé ;
  • lui dire avec sincérité qu’elle est une merveilleuse et magnifique maman (vraiment, ces mots-là lui feront du bien).

L’idée culottée : 
Et si vous lui apportiez son repas préféré ? Vous savez celui qu’elle ne pouvait absolument pas manger pendant la grossesse et dont elle rêve ! 


Alors, prêt ?

Pour vous préparer à ce moment tant attendu, le projet de naissance peut être un bon support de communication et de discussion (méthode d’accouchement, souhaits et volontés des futurs parents…). Cependant, il n’y a aucune certitude sur le déroulement de l’accouchement et sur les réactions que vous pourriez avoir

Dans tous les cas, rappelez-vous que votre présence peut faire une grande différence. La jeune maman saura apprécier vos petites attentions, votre tact et votre soutien. À n’en pas douter, vous faites déjà partie du cercle très fermé des Supers Papas Culottés !