Elles ont choisi l’allaitement maternel : témoignages de Mamans de Petits Culottés

Elles ont choisi l’allaitement maternel : témoignages de Mamans de Petits Culottés

En France, environ 70 % des bébés sont allaités à la naissance, nombre qui a considérablement augmenté depuis les années 70*. Pourtant, il n’est pas toujours facile pour une jeune maman de faire un choix éclairé entre allaitement maternel et au biberon. Il faut dire qu’avant le 20e siècle et l’apparition des laits infantiles en poudre, la question d’allaiter un bébé ou non ne se posait pas. Dans tous les cas, chaque femme doit se sentir libre de choisir, en toute connaissance de cause et en toute sérénité. 4 mamans de Petits Culottés nous font le plaisir de partager avec nous leur vision de l’allaitement au sein et les motivations qui les ont amenées à vivre cette expérience lactée. Une évidence pour certaines, moins pour d’autres…

Se préparer pendant la grossesse pour vivre un allaitement serein

Même si l’allaitement est l’acte le plus naturel au monde, il exige un minimum de compréhension et d’apprentissage. Une mauvaise prise en bouche, des crevasses au niveau du mamelon, une montée de lait qui prend un peu plus de temps… Tout cela peut venir vous bousculer et vous interroger sur la poursuite de l’allaitement. Il est donc vivement recommandé de se préparer tout au long de la grossesse en exprimant vos craintes et vos doutes à votre sage-femme ou à une conseillère en lactation par exemple. Comme le souligne Lea, maman d’une Petite Culottée, se préparer en amont peut être d’une grande aide par la suite : 

« Je suis heureuse de pouvoir faire passer le message que non, mon allaitement n’a pas été compliqué. En revanche, j’étais très préparée et très consciente que ça pouvait l’être, mais j’ai été extrêmement bien accompagnée à la maternité et j’ai eu la chance d’avoir une montée de lait progressive et un bébé qui prenait naturellement bien le sein. Évidemment, je n’ai pas échappé à la nuit de la java et aux premières nuits tellement chaotiques que je pensais ne jamais y arriver… Mais tout passe. » Lea.

Comme le précise cette maman, pendant votre séjour à la maternité, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide auprès de l’équipe médicale qui saura vous apporter tous les conseils dont vous avez besoin., 

Choisir l’allaitement maternel : l’importance d’être soutenue

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie d’un nourrisson.** Cependant, malgré ces recommandations officielles, la jeune maman peut parfois manquer de soutien dans son souhait d’allaiter.

Pour le papa, soutenir la jeune maman peut l’aider à vivre son aventure lactée sans stress, sans se sentir jugée et sans prise de tête ! Messieurs, faites confiance à la maman de votre petit trésor : il s’agit d’un geste nourricier naturel et merveilleux qui permet d’offrir au tout-petit comme à la maman un grand nombre de bienfaits. Comme pour le jour de l’accouchement, vos encouragements, votre compréhension et votre concours peuvent faire la différence ! 

Pour Julie, « le papa m’a suivie dès le départ, car il savait aussi que c’est ce qui avait de meilleur pour notre enfant. » 

Pour Marianne, « concernant mon conjoint, il n’était pas très à l’aise, car c’était un peu mystérieux pour lui au départ, mais il me soutient et me laisse gérer cette partie. » 

Allaiter au sein : un geste naturel et écologique 

Il s’agit du moyen le plus naturel, économique et écologique de nourrir son enfant. Il faut dire qu’il y a plusieurs avantages : 

  • c’est gratuit et disponible à la demande ; 
  • aucun risque d’oublier la boîte ou de ne pas prendre assez de doses ! 
  • aucun déchet plastique ;
  • aucune émission de CO2 générée par le transport ;
  • aucune bouteille d’eau n’est nécessaire, etc.

L’aspect écologique est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur chez les Petits Culottés (nos couches écologiques sont conçues à partir de matières naturelles et sont fabriquées en France). C’est d’ailleurs sur ce dernier point que retiennent Julie, Marianne et Lea, en plus de l’aspect pratique  :

« En quelques mots, pour moi, c’est naturel, écologique, économique et pratique ! » Julie

« Mes motivations ont été surtout écologiques. » Marianne

« Je ne sais pas vraiment d’où ça me vient, mais depuis le départ j’ai voulu vivre ma maternité de la façon la plus naturelle possible (y compris l’accouchement), du coup l’allaitement était une évidence pour moi. Après tout, elles sont faites pour ça les deux clémentines devenues pamplemousses ! Je rajouterai aussi pour le côté pratique : rien à emmener, le sein est toujours là ! » Lea

Avoir confiance en soi et en son bébé

Certes, l’allaitement maternel est naturel. Pour autant, savoir comment procéder n’est pas forcément instinctif et évident ! Il faut veiller : 

  • au bon positionnement du bébé pendant la tétée ;
  • à reconnaître les petits signes qui annoncent que bébé a faim ;
  • à vérifier qu’il déglutit bien ;
  • à varier la prise au sein ;
  • à apaiser la poitrine qui peut être douloureuse les premiers temps…

Il existe un grand nombre de méthodes et d’astuces à connaître afin de démarrer correctement son aventure lactée. Renseignez-vous auprès de votre sage-femme, doula ou pédiatre qui pourra vous conseiller

Mais surtout, ayez confiance en vous et en votre petit culotté. Ne vous mettez pas de pression, écoutez-vous, restez attentive à ce que votre corps vous dit et à ce que communique votre enfant :

« J’ai eu un troisième enfant il y a un peu plus d’un mois. Cette fois-ci, l’allaitement est vraiment un plaisir, car j’ai reçu les bonnes infos et que je ne me prends plus du tout la tête, je suis ce que je pense être juste pour mon bébé et moi-même » Marianne.

« J’allaite depuis maintenant presque deux mois, j’espère continuer jusqu’à 7/8 mois minimum, on verra avec la reprise du travail dans deux mois comment ça se passe, pour le coup je ne m’impose pas de pression » Lea.


La remarque culottée :
Connaissez-vous les coquillages d’allaitement ? Surprenants, ils sont pourtant très efficaces pour éviter les petits désagréments des premières mises au sein. Ils permettent une cicatrisation plus rapide et apportent une protection naturelle et douce.


Allaiter reste un choix personnel

La grossesse est souvent synonyme de questionnements de la part de l’entourage : « Que vas-tu faire ? Ah bon, tu es sûre ? Tu ne veux pas plutôt faire comme ceci ou comme cela ? » La décision d’allaiter au sein ou non vous appartient. Prenez-la en accord avec vous-même. Il s’agit de votre bout de chou, de votre expérience, de votre allaitement. Aussi, même si cela peut parfois être difficile, il est nécessaire de se défaire du jugement et du regard des autres. Il en est de même au sujet de la durée.

Certaines mamans souhaitent nourrir leur enfant au sein quelques jours, quelques semaines, ou bien plusieurs mois — voire années en complément d’une alimentation diversifiée. Là encore, c’est une décision qui reste strictement personnelle.

Marianne, maman de 3 petits culottés, n’a pas allaité son aînée. Pour ses deux autres enfants, son choix fut différent : 

« Pour ma première fille, je n’ai pas allaité, car dans ma famille, comme celle de mon conjoint, personne n’avait allaité et je n’étais pas à l’aise. J’ai vraiment créé un lien fort avec ma première fille nourrie au biberon. Je suis infiniment convaincue que les mères nourrissent surtout leur bébé avec de l’amour, même si elles n’allaient pas au sein ! Puis, pour mon deuxième, je me suis lancée sans pression. J’ai allaité presque 6 mois. » 

Quant à Julie, Lea et Line, c’était une évidence : 

« Alors pour moi ça a été comme une évidence d’allaiter. Il a eu 1 an et est toujours allaité. » Julie y voit aussi un moment de pure douceur et d’émerveillement : « la toute première tétée était magique »  Julie

« Je ne sais pas si on peut dire que c’était un choix. Dans ma famille, j’ai toujours vu les femmes allaiter alors pour moi c’était une évidence. Tout en ne sachant pas si ça allait fonctionner ou pas, par rapport aux récentes expériences d’amies. Finalement, ça s’est passé comme sur des roulettes et tout s’est fait naturellement pour les premières tétées. Par contre, à partir du moment où j’ai repris le travail, grosse baisse de lactation. Et ensuite, les conditions n’étaient pas optimales pour tirer son lait au travail non plus… » Line

« Je ne sais pas vraiment d’où ça me vient, mais depuis le départ j’ai voulu vivre ma maternité de façon la plus naturelle possible (y compris l’accouchement), du coup l’allaitement était une évidence pour moi . Mon plus beau souvenir : la voir s’endormir au sein à seulement quelques jours de vie en faisant des rictus inconscients, elle semblait si apaisée.» Lea

Il n’existe pas qu’un seul allaitement maternel

Vous l’aurez compris au travers de ces témoignages de mamans de Petits Culottés, il n’y a pas un allaitement «type» . En effet, il appartient à chaque maman de vivre cette expérience à sa manière, en prenant soin d’être à l’écoute de son ressenti et de son corps. 


* Source : selon l’étude Elfe menée sur 18 000 enfants depuis leur naissance en 2011. https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/allaitement/

** Source : Article de l’OMS/Allaitement au sein exclusif